Bayrou, qu’est-ce qui vous différencie de Barbarin?

bayrou-loi-fallouxMinistre de l’Éducation Nationale sous les gouvernements Balladur et Juppé, François Bayrou avait couvert un scandale pédophile, avec des conséquences dramatiques pour la famille des victimes, et fait capoter un projet de circulaire remis par les services de l’inspection censé endiguer ce problème endémique. Le mobile : ne pas froisser les syndicats (laïcs), suite aux remous qu’avait provoqué sa tentative de réforme (1993) de la Loi Falloux. Source : L’omertà française, de Sylvie Coignard et alia au Chapitre 3 intitulé « Le club des étouffeurs », repris dans un billet de Agoravox intitulé « Enseignants pédocriminels : Bayrou avait-il été mou », que nous remettons au (dé-)goût du jour suite au « scandale Barbarin », et la réaction de Bayrou, parfaitement dans le rôle que lui prête Houellebecq dans son livre Soumission: «animal politique tout juste bon à prendre des postures avantageuses dans les médias.»

Omertà des médias, un petit échantillon :

2009, dans un débat télévisé, Cohn Bendit lance à Bayrou « tu ne seras jamais président de la République ». Piqué au vif, Bayrou le taxe d’« ignominie » pour sa pédophilie alléguée (en référence à quelques lignes dans un livre qu’il a publié en 1975, le Grand Bazar). Le Nouvel obs rapporte l’évènement, et les remords de Cohn Bendit, mais ne dit mot sur le silence de Bayrou face au problème (aujourd’hui officiellement endémique, point à suivre) de la pédophilie dans l’ÉN. Et celui-ci d’enfoncer le clou, « J’ai été père de famille jeune, l’enfance m’est très importante », relate Libération, qui se tait également sur son hypocrisie.

2015, Pédophilie : L’Éducation Nationale et la justice font leur méa culpa titre, titre le Figaro, sous les plumes de Caroline Beyer et Paule Gonzales. Toujours rien sur François Bayrou, qui songe déjà à cette époque à sa quatrième candidature à la présidentielle , parce qu’« en politique on est jamais mort », la petite phrase de Juppé-le-condamné-pour-malversation, qui en fait, selon Europe 1, le politique le plus marrant l’année. Très drôle en effet, que d’accoutumer à la corruption des électeurs français  déjà désespéremment veules envers le groupe social qui se fait appeller «élites».

2016, le scandale Barbarin éclate. « Étonnante désinvolture » du cardinal, face à de nouvelles allégations de non-dénonciation de pédo-crimes commis par des membres du clergé, s’émeut Marianne, sous la plume de Thomas Vampouille. Étonnante, vraiment ? Et la passivité de Bayrou, quand il s’est trouvé dans la même situation, et qui  seprésente pour la quatrième fois en troisième homme de la présidentielle, tout en se défendant davoir des prétentions mégalomanes, elle est pas étonnante?! L’intéressé n’a pas de mots assez forts pour condamner ces dérives dans l’église, qu’il avait lui même couvertes par intérêt politique. Au concours d’indignation, passe même devant Dupont Aignan, cet autre bon père de famille catholique opposé au marriage homosexuel, fait remarquer Les Échos, sous la plume de Gabriel Nedelec :

Nicolas Dupont Aignan,[…] souhaite lui aussi «  que la vérité l’emporte, car on ne peut jamais mettre ses drames sous le tapis  ». Mais il souhaite en même temps ne pas «  salir toute l’Eglise de France  ». […] « Pour sa part, François Bayrou n’est pas sur la même longueur d’onde. Le président du Modem n’a «  aucune sorte d’indulgence à l’égard de ceux qui couvrent ou acceptent ce genre de dérive  » et, pour lui, cette affaire se résume au fait que «  la pédophilie est un crime  ». Selon lui, l’affaire est avant tout une affaire de justice qui doit prendre le pas sur le religieux. «  J’espère que l’Eglise prend ses responsabilités et que la justice est là pour l’obliger à les prendre. Comme toute institution. C’est une loi juridique, c’est une loi pénale et c’est de manière encore plus importante une loi morale.  »

 

L’omertà dans la justice

En 2001, le père d’une victime d’actes pédo-criminels avait accusé la justice niçoise (repère de franc-macs qui avaient presque réussi à faire virer le nouvellement installé comme procureur Eric De Montogoflier, en 2002, pour avoir eu l’outrequidance de vouloir y rétablir l’ordre républicain) de protéger un réseau de pédophiles. Soumis à des pressions, il avait obtenu le statut de réfugié aux États-Unis. En 2003, plusieurs organisations, dont les Nations Unies, avaient dénoncé l’obstruction de dossiers de pédocriminalité (exemple, le fichier Zanvoort).

Advertisements

2 thoughts on “Bayrou, qu’est-ce qui vous différencie de Barbarin?”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s